Star Trek : Étoiles brisées

Le ciel de Novembre

#2

49006.2 Journal Personnel

J’ai reçu ce jour une convocation officielle concernant les problèmes de sécurité autour de la promotion d’ Hosaka. Le Sous-Lieutenant et moi-même sont convoqués, ainsi que le Capitaine Dezoris du Soyokaze en stardate 49009.8 sur Starbase 39 pour rencontrer la Vice-Amirale T’lal. Une vulcaine devrait être plus réceptive à nos arguments, tant qu’Hosaka ne fait pas preuve de façon démesurée de l’anticonformisme dont il est coutumier.

49009.1 Journal du Chef Médical

J’assiste ce matin au briefing de ma prochaine mission. Je dois prendre le commandement de l’USS Laramy (un runabout) pour une mission d’escorte d’un vaisseau de transport, le Heidi Schwebach, ayant 12 passagers à son bord et se rendant sur Kenab. Le voyage devrait prendre 2 jours à Warp 5.
Le mois dernier a vu quatre attaques de pirates d’Orion dans le secteur, si l’on ajoute à cela les récentes dégradations des relations diplomatiques entre humains et klingons, escorter des vaisseaux de transports, même avec des runabouts est entièrement légitime.
Mon équipage pour cette mission se compose du Lieutenant Commandeur Serk pour me seconder, du Sous-Lieutenant Hosaka pour la sécurité, de l’Enseigne Kari à la Tactique et du Cadet Toya pour l’ingénierie. Après avoir consulté mon équipage, je décide d’équiper le Laramy d’un module personnel, d’un module sonde, d’un module médical et d’un module d’attaque.

49009.2 Journal du Chef Médical

Nous sommes partis ce matin, mais le Heidi Schwebach se révèle plus lent que prévu, nous contraignant à maintenir notre vitesse à Warp 3.
Nous en avons profité pour nous présenter au capitaine, et tout en rappelant au Sous-Lieutenant Hosaka d’appliquer le protocole à la lettre, je lui ai demandé de faire une estimation des capacités défensives du Heidi Schwebach. Le vaisseau est équipé de phaseurs de type 4, ce qui risque en cas de besoin d’être d’une utilité quelque peu limitée.

49009.2 Complément

Le Lieutenant Commandeur Serk a repéré un écho qui pourrait être un vaisseau à proximité. Nous passons en alerte jaune et le Sous-Lieutenant Hosaka prévient le Heidi Schwebach.

49009.2 Complément

Après avoir effectué un certain nombre de scans de la zone, Le Lieutenant Commandeur Serk nous assure qu’il ne s’agit que d’une anomalie spatiale minime. Nous sortons de l’état d’alerte.

49009.2 Complément

Nous recevons un appel de détresse du Capitaine Rybeck, aux commandes du SS Nathalie Chathan, à quelques années lumière de notre position.
Visiblement, le SS Nathalie Chathan et le Planitia Diriedi, deux vaisseaux privés, se suivaient à 18 minutes d’intervalle quand le Planitia Diriedi a disparu des senseurs. Le Nathalie Chathan reste sur place en attendant les secours.
Nous vérifions les authentifications du Natalie Chathan et du Planitia Diriedi, et si ce sont de vieux vaisseaux, tout paraît néanmoins crédible.
Le Heidi Schwebach est réticent à faire un détour de 19h à Warp 5, particulièrement au vu de la pression occasionnée sur ses moteurs, mais les biens transportés n’étant pas périssables, ils acceptent de nous suivre. Nous téléportons le Cadet Toya à bord afin d’assurer le maintien des moteurs.
Alors que nous nous mettons en route, nous recevons un appel du Nathalie Chathan nous informant de la détection d’un phénomène ionique de niveau 3 sur le lieu de la disparition. Nous envoyons donc une sonde sur l’écho du phénomène en question avant de partir (voir relevé sonde 1 en pièce jointe).

49009.2 Complément

Après trois heures de route, le Lieutenant Commandeur Serk m’informe de la présence d’un phénomène subspatial en plus de ionique.
Peu de temps après, le Nathalie Chathan nous informe que si le phénomène continue à s’amplifier, ils seront amenés à devoir quitter les lieux. Nous détectons également un écho au centre des phénomènes. Je prends donc la décision d’envoyer une sonde à Warp 8 afin d’avoir des relevés plus précis à notre arrivée (voir relevé 1 sonde 2 en pièce jointe). Le Lieutenant Commandeur Serk m’informe qu’il estime que cette perturbation doit empêcher les déplacements de tout ce qui pourrait se trouver en son sein.
Lors de la fin de notre trajet, le Lieutenant Commandeur Serk et l’Enseigne Kari créent une simulation pour mesurer le développement de la perturbation. Selon leurs calculs, si nous continuons à warp 5, lors de notre arrivée l’anomalie subspatiale se sera étendue au point d’être incapable de se maintenir, et le phénomène ionique sera trop important pour que nous puissions y faire face.
J’ordonne donc au Heidi Schwebach de changer leur plan de vol pour se rediriger vers Kenab à warp 3 pendant que nous nous dirigeons vers l »anomalie à warp 8. J’en informe également VMU-12.
Nous arrivons sur les lieux de l’anomalie 30 minutes après la sonde 2, et nous relevons des problèmes de transporteur et de communication. De plus, si nous n’avons aucun signe visuel de la présence du Planitia Diriedi, les relevés de la sonde 2 nous indiquent que le vaisseau est bien là, tous moteurs allumés mais complètement immobiles. Nous en déduisons que si la sonde pénètre le champ d’action de l’anomalie, elle sera elle aussi immobilisée.
L’anomalie est déjà devenue de niveau 4 et sa croissance semble exponentielle : elle devrait passer au niveau 5 dans un peu moins d’une heure. L’Enseigne Kari, qui recherchait des données sur des phénomènes subspatiaux semblables, identifie l’anomalie comme étant une déstabilisation du sous-espace.
Pendant que le Lieutenant Commandeur Serk observe l’environnement autour de l’anomalie, je remarque un léger écho, qui une fois scanné s’avère être un vaisseau caché à 3 minutes de nous à Warp 5. Après avoir créé un une voix de communication encryptée entre le Laramy et le Nathalie Chathan, nous passons en alerte rouge et intervenons, L’Enseigne Kari et le Sous-Lieutenant Hosaka sont aux consoles tactiques, le Lieutenant Commandeur Serk est aux senseurs pendant que je pilote. Nous envoyons un message au vaisseau en lui demandant de s’identifier et d’expliquer leur présence, et le vaisseau nous répond qu’il venait répondre à l’appelle de détresse tout en essayant de s’enfuir. Après leur avoir demandé de s’arrêter, et d’avoir fait un tir de sommation, je demande à Kari et Hosaka d’ouvrir le feu. Deux torpilles suffiront à les faire sortir de warp et se rendre.
Les scans nous révèlent la présence de 6 passagers (voir rapport d’arrestation USS Laramy 24.1 à 24.6 en pièce jointe), que nous téléportons un à un afin de les maîtriser. J’envoie ensuite l’Enseigne Kari à bord afin de vérifier leurs ordinateurs, et il apparaît qu’il y a du matériel volé à leur bord (voir manifeste et journal de bord du vaisseau en pièce jointe). Le Sous-Lieutenant Hosaka tente de les interroger en leur criant dessus de façon appuyée et surprenante, ce afin qu’ils lui révèlent la cause de leur présence et leur lien avec l’anomalie. Bien que le Lieutenant Commandeur Serk et moi-même expliquions au Sous-Lieutenant Hosaka qu’un lien de ce genre soit très peu vraisemblable, celui-ci paraît dubitatif. Tout semble démontrer que ces gens sont de simples pirates.
Je demande au Lieutenant Commandeur Serk la faisabilité de convertir le vaisseau des pirates en relai de téléportation, et d’estimer la proximité nécessaire avec le Planitia Diriedi pour que cela puisse fonctionner. Il me propose de créer une « bulle warp », ce qui permettrait de déplacer le vaisseau des pirates jusqu’à ce que la bulle se dissipe et de le rapprocher suffisamment du centre de l’anomalie pour que le plan fonctionne. Un scan du Planitia Diriedi nous révèle 16 humains à bord ainsi qu’une forme de vie animale (un chat). Nous réquisitionnons donc le vaisseau des pirates au nom de l’article 168-4e de Starfleet (voir formulaire 168-4e.3 en pièce jointe). Je suis certain que leur bonne volonté sera prise en compte lors de leur procès pour piraterie.
La présence physique dans l’anomalie des passagers ayant surement entrainé des physiques, nous montons un triage dans le cargo du Nathalie Chathan et le Sous-Lieutenant Hosaka téléporte les passagers du Planitia Diriedi en sécurité. Il nous sera toute fois impossible de sauver le chat.
Après la mise en place d’un protocole de soin, ainsi que la synthétisation de la médication nécessaire, nous évacuons la zone ne laissant la sonde 2 à proximité (voir relevé 2 sonde 2 en pièce jointe) afin d’avoir des relevés de l’effondrement de l’anomalie. Nous chargeons le Nathalie Chathan d’emmener les blessés (ainsi que les pirates) à Starbase 39, et retrouvons le Heidi Schwebach sans encombre.

49009.8 Journal Personnel

Sion Hosaka, le Capitaine Dezoris et moi-même avons répondu à la convocation de la Vice-Amiral T’lal concernant les problèmes de sécurité autour d’Hosaka. S’il me fut agréable de revoir le Capitaine Dezoris, la rencontre s’est finie de bien mauvaise façon.
Si au vu des différentes dépositions, il est incontestable que le Commander Doleo a faire preuve d’acharnement démesuré et injustifié envers Hosaka, Hosaka a révélé qu’il avait été coupable à bord du Soyokaze d’un certain nombre d’erreurs, dont la destruction de matériel médical nécessaire pour la conception de vaccins, erreurs ayant été couvertes par le Capitaine. Il apparaît également que Hosaka possède des pouvoirs psi aussi appuyés que le contrôle des machines, pouvoirs tenus secrets de tous, sauf du Capitaine Dezaris.
Ainsi, la promotion d’Hosaka au grade de Lieutenant est entérinée, mais le Capitaine Dezaris va avoir à expliciter un certain nombre de ses choix de commandement.
Le secret d’Hosaka et son manque de loyauté à l’égard de Dezoris me poussent à abandonner tout lien amical avec lui.

Comments

FenrisLoup

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.