Star Trek : Étoiles brisées

Aveuglé par la science
#3

Star date 45958.6 journal du chef médical

L’USS Soyokaze se dirige vers Starbase 39 Sierra, suite à un ordre de Rdv avec l’_USS Bradbury_. Nous sommes censés récupérer une équipe d’exploration scientifique et l’amener à la limite de la zone neutre. Suite aux nombreux signes d’activité d’Oiseux de Guerre romuliens, Starfleet veut tester trois types de senseurs différents supposés détecter les vaisseaux occultés, en espérant qu’au moins un sur les trois soit efficace.

Star date 45958.6 journal médical, complément

Sur Starbase 39, l’amiral de flotte Kale nous reçoit et briefe le senior staff sur notre nouvelle mission. Après nous avoir évoqué les suites positives de la mission de l’amiral Proudfoot, elle nous présente les 5 scientifiques attelés au projet :
- Sarok, un scientifique vulcain, assez traditionaliste
- Le Dr. Gustav Kragen, du conseil scientifique de la fédération, et son assistante Gretel Van Der Mark
- La Lt. Satchio Nakamura de Starfleet, et son assistant l’enseigne José Maria Juaraz. On doit les aider à installer les équipements puis les tester.

Nous devons les emmener en bordure de la zone neutre, procéder aux tests des équipements de façon successive et rentrer quand le capitaine estimera que les tests seront terminés. Les tests sont bien sur secret-défense, et les romuliens ne doivent absolument pas être au courant.

Lors de notre retour à bord, le ss-Lt. Pike propose de régler nos senseurs de la même façon que ceux du USS Himori_. Il a croisé le capitaine Elliot Fanon, en charge de l’_USS Himori, vaisseau qui patrouille dans la zone neutre depuis plusieurs mois, et qui a été confronté à un certain nombre d’escarmouches plus ou moins importantes.

Lors d’une réunion du senior staff, nous sélectionnons le personnel affecté pour encadrer et assister les scientifiques, la Chef Ingénieur Moglax, le ss-Lt. Pike, l’enseigne Osaka, le cadet Serk et moi-même.

Le capitaine sollicite un entretien avec moi. Il m’apprend que l’enseigne Osaka doit être surveillé, il m’est demandé de m’assurer que son comportement psychologique soit normal, suite aux doléances du commandeur Doléo. Après avoir exprimé ma gêne face à l’idée de devoir contrôler mes camarades à la demande de mes supérieurs, le capitaine décide subitement de changer d’avis, contestant la légalité de l’ordre.

Les scientifiques sont accueillis à bord pendant que nous téléportons leur équipement. Le Dr. Kragen demande à tout de suite être conduit à ses quartiers, lui et son assistante sont accompagnés par le ss-Lt. Pike et l’enseigne Osaka. Le Lt. Nakamura et l’enseigne Juaraz me demandent également de les accompagner à leurs quartiers. Le Lt. Nakamura est ravie d’être de nouveau affectée sur un vaisseau et de sortir de son laboratoire. Elle m’apprend que ses travaux sont inspirés des travaux du Dr. Kragen, mais sont basés sur une autre approche. Elle apparait très agréable et dévouée à Starfleet. Son attitude offre un contraste rafraichissant avec le comportement acariâtre du Dr Kragen. L’enseigne Juaraz, quant à lui, est en train de faire son premier tour de service et aimerait être affecté à un vaisseau d’exploration. Il insiste de façon très informelle pour être appelé par son prénom. Je lui fais remarquer que cela est contraire au protocole.

Nous finissons la journée en commençant à monter les systèmes de senseurs. La Chef Ingénieur Moglax et moi-même aidons le Lt. Nakamura. Nous entendons à un moment le Dr Kragen prendre à partie l’enseigne Osaka de façon très agressive, l’accusant d’avoir “saboté son travail”. Je lui signifie son emportement démesuré et lui propose quelque chose pour le calmer, mais celui-ci refuse. A partir de cet incident, le Dr Kragen est étrangement très détendu. Des sautes d’humeur de cette ampleur peuvent cacher un certain nombre de conditions médicales plus ou moins conséquentes. Je préviens le capitaine de mes doutes.

Star date 45958.7 journal du chef médical

Je suis réveillé par une communication du ss-Lt Pike. Celui-ci me prévient que le Dr. Kragen est en état de fureur contre le Lt. Nakamura. Le temps que j’arrive, le docteur est un peu calmé, mais il accuse le Lt. Nakamura de saboter son travail car elle «traînait » à côté de ses senseurs. Je discute avec lui, lui demandant comment il vit son état de stress et lui assure que si jamais il devait avoir d’autres crises, je serais tenu d’intervenir et d’utiliser toute mon autorité en tant que chef médical.

Je fais ensuite visiter le vaisseau au Lt. Nakamura, tout en discutant de ses travaux et de son parcours. Elle m’exprime que la vie à bord d’un vaisseau lui manque et me demande si j’ai connaissance de postes vacants.

En passant à côté de la soute ou les senseurs sont entreposés, nous entendons la porte s’ouvrir, mais ne trouvons personne à bord de la soute. Je signale le (non) événement au personnel et au capitaine.

Le soir nous devons installer les senseurs derrière le déflecteur et les brancher sur le conduit EPS. Le projet du Lt. Nakamura rend nécessaire de couper le bouclier pour utiliser les senseurs, ce qui est un inconvénient manifeste. Je crois déceler des tensions entre le ss-Lt. Pike et l’enseigne Juaraz, concernant la disponibilité de Gretel à une relation intime. Un tel manque de logique m’est toujours étrange.

Star date 45958.8 journal du chef médical

Ce matin, nous avons terminé les réglages des senseurs et sommes arrivés à la zone de test. Nous choisissons l’ordre de passage suivant, les senseurs du Lt. Nakamura en premier, ceux du Dr Kragen ensuite et en dernier ceux de Sarok.

Les senseurs du Lt. Nakamura ne donnent rien.

Lorsque le Dr Kragen met ses senseurs en route, on voit apparaître ce qui semble être des échos fantômes. Je pose donc la question de savoir si ces échos sont supposés être des vaisseaux romuliens, ce que me confirme le Dr Kragen. Je lui signale alors que les trajectoires des échos ne sont pas compatibles avec ce que nous savons des vaisseaux romuliens.

Sarok teste ses senseurs et nous voyons 4 échos susceptibles d’être des vaisseaux romuliens, échos qui se comportent de façon crédible pour l’ordinateur.

Une heure plus tard, nous recevons un appel de détresse du Geneviève, un vaisseau cargo, sous attaque de forces romuliennes à notre proximité. Il apparaît après une recherche, que le Geneviève a été vendu récemment, que nous ne savons pas qui l’a acheté, et qu’il provenait de Henan 6, ce qui laisse à penser aux ss-Lt. Pike et au cadet Serk que ce serait un piège. Nous nous dirigeons en alerte rouge vers le lieu d’émission du signal, pendant que je fais préparer l’infirmerie de façon à pouvoir traiter d’éventuels blessés.

Quand nous arrivons sur place, le Geneviève est détruit, il ne reste que des débris.

Le capitaine est d’avis de reprendre les tests un peu plus loin et de retourner ensuite sur Starbase 39.

Alors que nous testons à nouveau les senseurs de Sarok, nous identifions 3 appareils romuliens, dont l’un pourrait être le vaisseau ayant détruit le Geneviève selon les projections de trajectoire des échos.

Les autres équipements donnent des résultats similaires à notre premier essai lors de leurs tests.

Suite à une proposition du cadet Serk, nous procédons à une nouvelle batterie de tests, afin de pouvoir continuer à identifier la trajectoire de l’éventuel vaisseau potentiellement responsable de la destruction du Geneviève.

Le soir, nous fêtons les promotions de Serk et Pike au grade de lieutenant.

Star date 45932.8 journal du chef médical, complément

Quelques minutes après l’arrivée en retard de Gretel, alors que j’étais en train d’expliquer les envies de progression de carrière du Lt. Nakamura au capitaine, présentant ses qualités, nous recevons un autre appel de détresse de la part d’un vaisseau cargo, l’Appollion. Nous passons en alerte rouge et le capitaine lance les senseurs de Sarok qui ne détectent rien. Nous tentons de lancer les senseurs du Lt. Nakamura, puis ceux du Dr Kragen avant d’arriver sur place ; ils ne détectent rien non plus. Le Dr Kragen suspecte un sabotage (il se révélera qu’effectivement Gretel ait procédé à un pontage statique sur son équipement). Je fais préparer l’infirmerie et m’y rend.

Lorsque nous arrivons à la source du signal, l’Appollion est toujours là bien qu’endommagé et incapable de s’enfuir. Un Oiseau de Guerre romulien occulté se révèle et fait feu sur nous.

Une fois arrivé à l’infirmerie, j’apprends que Gretel a pris Sarok en otage et qu’elle a demandé à être téléportée sur le vaisseau romulien. Toutefois, elle sera rapidement maîtrisée par le désormais Lt. Serk et l’enseigne Osaka.

Nous avons réussi à faire fuir le vaisseau romulien et sauver l’Appollion, et si j’en crois le Premier Officier Tylor, nous devons notre victoire aux modifications suggérées par le Lt. Pike.

Je vérifie que Gretel, encore inconsciente, ne possède pas de moyens interne pour attenter à sa vie, à la façon de l’espionne romulienne arrêtée récemment (cf. journal médical mission précédente). Nous traitons également les enseignes Xorax, Yvenson et le ss-Lt. Zallman pour des contusions et des brulures thermiques aux premiers, seconds et troisièmes degrés, suite à l’explosion d’une console de contrôle.

Après avoir repris connaissance, Gretel avoue être un agent romulien car sa sœur est détenue par eux, et nous révèle avoir envoyé les détails de nos prototypes de senseurs aux romuliens entraînant leur inutilité. Elle paraît satisfaite de la compromission de nos prototypes, mais je la diagnostique en état de choc quant à la situation de sa sœur suite aux évènements des dernières heures.

Le capitaine m’informe de sa volonté de demander la mutation du Lt. Nakamura à bord du Soyokaze. Il est satisfaisant d’avoir une personne avec ses dispositions et qualités professionnelles à notre bord.

View
Aider et être complice

Journal médical, Stardate 45937.2

L’USS Soyokaze a pour mission de rejoindre l’USS Ticonderoga, afin de récupérer l’amiral Proudfoot, et l’amener sur Starbase 39 afin de négocier avec les romuliens la libération d’Emerson Ames, pilote civil de la fédération, qui a traversé la zone neutre et s’est fait arrêter sur Romulus.

Lors de la réunion du senior staff, il est soulevé l’étrangeté de l’acceptation d’une ouverture de négociations par les romuliens. Ceux-ci auraient plutôt eu tendance à exploiter la publicité d’une telle action de la part d’Emerson Ames à des fins de propagande. D’après les informations dont dispose l’amiral Proudfoot, il apparaît que Emerson Ames aurait vraiment fait ça pour l’amour du défi, on peut logiquement induire une compréhension des dangers inhérents à son action plus que limitée.

Les mesures ont été prises afin de préparer l’infirmerie pour vérifier dès libération l’état de Ames et ce qui lui a été fait.

L’amiral Proudfoot à l’air taciturne, il est possible d’avoir à surveiller son état de santé, particulièrement en prenant en compte la source de stress que peut présenter ce type de négociations.

Journal médical, Stardate 45937.3

Après avoir passé Arteline 4, nous avons reçu un message de détresse du vaisseau OMS Kamerain, vaisseau non aligné. Le message contient le détail du vaisseau et un ajout qui explique que la raison de l’alerte serait une panne du circuit d’induction photonique, avec une légère fuite de radiations. Après avoir rappelé au senior staff que les Denobuliens sont très peu sensibles aux radiations, je procède à la préparation de l’infirmerie pour traiter des irradiations légères.

Le capitaine Mullio Smug, de la confédération d’Orion, nous informe de la présence d’un blessé à leur bord (l’ingénieur de leur vaisseau), le capitaine semble particulièrement inquiet.

(Voir annexe : données sur la Confédération d’Orion, différents commerces sur tout types de planètes, en compétition avec les Ferengi, sont généralement honnêtes, peuvent participer à du marché noir.)

Contrairement à mes volontés, le capitaine Smug refuse de téléporter les 24 formes de vies de son vaisseau en une seule fois afin de les traiter contre les radiations. Il est pourtant évident que de le s laisser exposés à la fuite pendant les réparations peut être source de complications médicales. Le reste du senior staff me donne l’impression de penser que ceci est en plus suspect. Nous mettons en place 3 équipes de 8 membres, en insistant pour que le blessé, la médecin de bord, capitaine, et le capitaine fassent partie de la première équipe.

Il m’apparaît également nécessaire de procéder à une injection de Hyronalin (voir annexe 2 : produits médicaux efficaces en traitement des radiations par type et selon races des sujets), bien que Moglax, en tant que dénobulienne semble assez dubitative quand à la pertinence de l’injection dans son cas propre.

En accord avec les inquiétudes d’une parie du senior staff, et suite à notre mésaventure avec la fièvre vidurienne (voir entrée journal médical Stardate 45871.2 ) le capitaine nous demande la mise en place d’un champ de force pour limiter les risques de contamination due à un agent pathogène, bien que ceci soit hautement illogique.

L’ingénieur blessé présente une brûlure de radiation et un état de fatigue générale, ainsi qu’une légère irradiation. Nous appliquons un patch de régénération dermale et prescrivons au moins une semaine de repos. Un des hommes présente des difficultés dues aux radiations, je le place donc en observation sous la garde de l’enseigne Jacobson.

Journal médical, Stardate 45937.3 complément

Pendant la réunion du senior staff, l’enseigne Osaka appelle pour informer que la caméra de la navette a été piratée. 3 agents de la sécurité, les enseignes Osaka et (Stef), et moi même nous faisons téléporter dans la navette de façon à expliciter la situation et potentiellement sauver le matériel médical.

En arrivant nous voyons la médecin du Kamerain, deux hommes armés et une femme visiblement romulienne en train de sortir de l’une des caisses. La femme romulienne ouvre immédiatement le feu, touchant l’agent Arlax. La médecin en profite pour se cacher derrière l’une des caisse et la romulienne se met entièrement à couvert derrière la caisse restante. L’enseigne Osaka atteint l’un des hommes armés, l’incapacitant sur le coup, pendant que je maitrise physiquement l’homme restant. Dans une coopération toute à l’honneur de nos agents de sécurité, l’agent Belmont désintègre la caisse vide, permettant à l’agent Cesta d’incapaciter ensuite la romulienne de façon très efficace.

Après avoir maîtrisé le docteur, je lui demande si la dose de produit manquante à été injectée à la romulienne, ce que la médecin me confirme.

Après avoir analysé la romulienne, je réalise qu’elle possède un déclencheur chimique afin de se suicider, certainement en cas de capture. Il est donc nécessaire de l’envoyer à l’infirmerie et de bloquer ce déclencheur.

A ce moment là, la caisse restante s’est ouverte et refermée toute seule, et ce sans aucune explication logique quant à la façon dont cela s’est produit. Après vérification, tous les produits contenus dans la caisse sont perdus, et les enseignes Osaka et Pike, les 3 agents de sécurité, les 2 hommes du Kamerain, la médecin, la romulienne et moi-même sommes tous atteint par ce qui se révélera être une forme divergente de la fièvre vidurienne. Heureusement nous avons les moyens de soigner depuis l’affaire avec les romuliens.

Pendant que ces évènements se produisaient, l’OMS Kamerain a pris la fuite alors que son capitaine était à notre bord. Le capitaine Smug a expliqué haut et fort qu’il n’était au courant de rien, et que c’était une véritable mutinerie. Le Kamerain sera arraisonné quelques moments plus tard et le futur nous dira si la version du capitaine Smug sera confirmée ou non par son ancien équipage.

Au vu de la réaction de l’amiral Proudfoot lorsqu’il fut informé de l’arrêt d’une espionne romulienne, je crois qu’il n’est plus nécessaire de vérifier son niveau de stress.

View
Géante Rouge

Journal médical, Stardate 45899.8

L’USS Soyokaze est toujours en mission de surveillance de la zone neutre.

Le capitaine nous a informés de la réception d’un message en provenance de la Starbase 173. Le système 443 Serpentis abrite une géante rouge relativement récente, ce qui en fait un sujet d’observation scientifique privilégié, et 6 planètes (Pelan 4 à 9). Toutefois, alors que le système est inhabité, il a été relevé une émission de particules inhabituelle et non identifiée. Les équipes de scientifiques suspectent un message codé mathématiquement. Le flot directionnel de l’émission de particules est passé très près de Starbase 173, et il s’avère que le signal est puissant. Nous avons donc ordre de surveiller le système et de rechercher la source. Nous serons en alerte jaune jusqu’à nôtre arrivée.

L’équipe technique dispose d’une copie des relevés, nous attendons plus d’informations quant aux particules analysés et leur dangerosité pour le personnel de la station et possiblement pour l’équipage.

On ne peut en déduire grand chose dans l’état actuel.

La Chef ingénieure Moglax réfléchit à des façons de protéger les déflecteurs d’émissions énergétiques inhabituelles, mais aura besoin de scans plus poussés à l’approche de la géante rouge. Elle réfléchit également à la possibilité d’équiper une navette de senseurs pour servir de relais afin de diminuer les risques envers le Soyokaze.

Le Chef scientifique a étudié la théorie des boucliers métaphasiques, et évoque la possibilité de reconfigurer les boucliers afin de diminuer les risques d’irradiation de l’équipage. Il identifie également une suite mathématique dans l’émission qu’il est nécessaire de décrypter ; ce qui est inintéressant au niveau médical.

Je suis en train d’établir une liste des agents qualifiés les moins sensibles aux radiations, qui pourront être envoyés dans la navette relais avec le moins de risques. Les prédispositions des denobuliens et klingons font que Moglax et moi-même y figurons en premières places.

Journal médical, Stardate 45900.1
Nous sommes arrivés à destination, et assez vite, l’enseigne Serk a identifié la source de l’émission en découvrant une structure solide au sein de la géante rouge. La structure en question est une planète, au sein de la couronne de la géante. En nous en rapprochant, nos senseurs ont détecté une montée d’énergie, et nous n’avons pas réussi à éviter une nouvelle émission de particules. Nous traitons donc plusieurs blessés légers (voir annexe pour détails) et nous préparons à faire face à d’éventuelles irradiations.

La Chef ingénieur nous apprend que le moteur s’est coupé automatiquement lorsque l’émission a fait fondre tous les cristaux de dilithium, et que les moteurs à impulsion ont été abîmés. De plus, il ne reste que 10% d’énergie.

Le Capitaine décide que nous pouvons nous permettre de diminuer les systèmes de survie de moitié, ce qui est malgré tout handicapant quant au traitement des blessés. La Chef ingénieur Moglax utilise des techniques d’ingénierie pour augmenter nos sources d’énergie.

Rapport de mission de détachement sur Pelan 3 (Arsimi), Stardate 45900.1
L’enseigne Osaka ayant ressenti des formes de vies sur la planète récemment découverte, la Chef ingénieur Moglax, l’enseigne Osaka, l’enseigne Serk, deux agents de sécurité et moi-même avons ordre d’utiliser la navette modifiée par Moglax pour nous y rendre et voir ce qui pourrait nous servir à réparer le Soyokaze. Le capitaine nous rappelle inutilement l’importance de la Prime directive.

Le rapport de senseurs de l’enseigne Serk nous présente la planète comme étant majoritairement composée de roche en fusion, avec des formes de vie sous la surface du côté nuit. Nous découvrons un cratère, nous menant à une construction cristalline, sur laquelle nous distinguons une parabole, logiquement source de l’émission de particules. On distingue également des ouvertures avec des déflecteurs cristallins.

La Chef ingénieur Moglax identifie des dépôts de dilithium pur.

Nous nous posons donc, laissant les 2 agents de sécurité dans la navette. Nous croisons assez vite un robot mineur très basique. Nous aurions besoin de le démonter pour lire les données du robot et nous en abstenons donc.

Quelques centaines de mètres plus loin, nous apercevons une équipe de sécurité venant à notre rencontre. Il s’agit d’un groupe d’humanoïdes à la peau rouge pâle, ils sont armés, et dirigés par un individu présentant des caractéristiques sexuelles secondaires laissant à penser qu’il s’agirait d’une femelle, se présentant sous le nom de Tresk.

Tresk nous présente la planète sous le nom d’Arsimi, que celle-ci abrite une population d’environ 7 millions d’individus répartis par classes. Le pouvoir est partagé équitablement entre deux classes (les seules ?), les scientifiques, dirigés par Dolvir, et les gardiens, menés par Jobar. Visiblement, toute décision doit être prise en consensus avant d’être appliquée, ce qui en fait une structure de pouvoir assez particulière. Tresk nous explique également que la durée de vie moyenne des habitants d’Arsimi est très largement supérieure à l’espérance de vie humaine.

Tresk nous confirme ensuite que le message était bien un appel de détresse. Il apparait qu’Arsimi était auparavant verdoyante en surface, mais que l’étoile en fin de vie a drastiquement modifié la situation, leur rendant également impossible de quitter leur monde. La planète serait vraisemblablement instable, et ils ont donc construit un émetteur, qu’ils nommèrent l’Œil d’Arsimi afin de solliciter une aide extérieure. Ils ont vraisemblablement déjà eu des contacts avec des races extérieures à leur système, ce qui fait que nous ne sommes pas en situation de premier contact. La Chef ingénieur Moglax indique qu’Ils utilisent du dilithium mais semblent avoir des difficultés pour optimiser la gestion de l’énergie qu’ils dégagent, ce malgré une maîtrise des principes physiques nécessaires.

Nous leur proposons de faire visiter Arsimi par nos techniciens, mais signalons l’urgence et les détails de la situation du Soyokaze. Jobar émet des réserves, mais nous arrivons à le convaincre que nous que nous lui accorderons notre aide dans la mesure du possible et me propose à rester sur place jusqu’à ce qu’ils soient rejoint par notre équipe technique, pour prouver notre bonne volonté..

Je propose à Dolvir d’utiliser l’œil d’Arsimi pour communiquer avec le Soyokaze, remontant le fait d’avoir identifié le dilithium, et qu’il sera nécessaire de le miner, le raffiner et le limer avant de le faire parvenir au Soyokaze. Nous apprenons que grâce au travail de Sauzer Van Halen, le vaisseau peut tenir 1h40 de plus. Il est décidé d’utiliser un peu d’énergie sur les téléporteurs de cargo afin de gagner du temps.

Une fois la communication terminée, Jobar surgit avec 4 hommes, tous armés, et nous somme de nous rendre. Je tente de leur expliquer l’illogisme de leur position, particulièrement au vu de la situation du Soyokaze et notre impossibilité de répondre à leur demande de façon positive. Jobar ordonne à ses hommes de nous arrêter, alors qu’ils sont sur le point de tirer, j’ouvre le feu en premier, et atteint un des gardiens, mais me fait toucher dans la foulée.

Lorsque je reprends conscience, Moglax m’apprend que nous nous sommes tous fait incapaciter sauf elle, et que le gardien qui était sur le point de l’attaquer s’est assommé tout seul avec sa propre arme. Tresk nous explique qu’il est quasiment impossible que Jobar ait agi seul et qu’il a certainement obtenu l’approbation de Dolvir. Nous n’arrivons pas à joindre les deux agents de sécurité laissés à bord de la navette, et en déduisons donc que ceux-ci ont été fait prisonnier. J’ordonne alors au reste de l’équipe de retourner jusqu’à la navette afin d’aider le Soyokaze avec ce qu’ils pourront récupérer de dilithium, pendant que j’essaye de négocier avec Dolvir. J’arrive à le convaincre de laisser la navette rejoindre Soyokaze, pendant que je reste en otage ainsi que les 2 agents qu’ils détiennent déjà tout en laissant l’Œil prêt à tirer pointé sur le Soyokaze. Cela leur servirait d’assurance et nous dissuaderait de nous sauver. J’ai beau tenter de leur expliquer les principes de Starfleet et l’illogisme de la situation considérant qu’ils détiennent déjà des otages, mais ils paraissent peu réceptifs à mes arguments.

Pendant les réparations, Sauzer Van Halen remarque que les cristaux de dilithium qui n’étaient pas connectés aux moteurs ont également fondu, ce qui tend à démontrer que l’Œil d’Arsimi abîme le cœur de la planète lorsqu’il est utilisé. Après avoir été rejoint par le capitaine, nous réussissons en échange de ces informations et de méthodes pour optimiser leur utilisation de dilithium afin de stabiliser le cœur de la planète à négocier notre libération auprès de Dolvir et Jobar. Moglax, Van Halen et l’équipe de Dolvir ont commencé à travailler sur des méthodes pour transformer l’Œil d’Arsimi en un propulseur capable de sortir la planète hors de la couronne.

Procédures d’enregistrement des Arsimi au sein des bases de données Starfleet en cours.

View
Réponse à l'enseigne Hozaka

À l’attention de l’Enseigne Sion Hozaka
Quant à la demande formulée Stardata 45691.5, concernant la reconnaissance de membres de Starfleet disposant de capacités psioniques et à un nouveau poste au sein de Starfleet.

Nous avons étudié votre demande avec une attention toute particulière.
Cependant, en vertu des traités 47, 39 régissant le code Starfleet, en vertu du principe d’égalité inter espèce étendu aux capacités psioniques, aucun poste permanent ne saurait être réservé à une capacité de personnel particulière.

Il va cependant de soi que les membres de Starfleet disposant de ces capacités seront reconnues en tant que tel.

Chaque officier de Starfleet est tenu de remplir ses obligations au mieux de ses possibilités et la reconnaissance envers vous et les autres personnes disposant de ces capacités ne saurait en être affaiblie d’une quelconque manière.

Sachez donc que Starfleet Command ne saurait en aucun cas diminuer la valeur que vous apportez chaque jour au sein de la flotte.

[blablabla, formules de politesse etc.]

Amiral XXX, pour Starfleet Command
=/\= Starfleet Command, FPU =/\=

View
Une paix fragile - Mary Celeste
Journal de bord de l'officier chef médical

Journal Médical, Date stellaire 45871.1, USS Soyokaze NCC-62498, Lieutenant commandeur Elcarth

Le Soyokaze vient de terminer sa dernière mission et le capitaine nous informe que nous avons reçu à l’instant l’ordre de patrouiller la Zone Neutre suite à de récents signes d’incursions romuliennes. Le Soyokaze devra se rendre dès son arrivée en bordure de la Zone Neutre à la Starbase 39 pour y recevoir l’itinéraire de patrouille. Nous passerons en alerte jaune dès que nous serons à proximité de la zone. Le personnel médical se devra de préparer et éventuellement synthétiser tout le matériel de première nécessité.

Journal Médical, Date stellaire 45871.2, USS Soyokaze NCC-62498, Lieutenant commandeur Elcarth

Après quelques heures de patrouille, les senseurs détectent un Oiseau de Proie romulien qui dérive à l’intérieur des frontières de la Fédération. En route pour interception, un scan plus intensif révèle qu’il s’agit de l’IRW Sha’Arik, un Oiseau de Proie de classe D’deridex, et qu’aucune forme de vie n’est présente à bord. Le Lieutenant Hozaka, propose d’envoyer les équipes d’abordage équipées de tenues de protection bactériologiques, mais j’affirme que la probabilité d’un agent bactériologique, viral ou biochimique quelconque non détecté par nos senseurs soit présent à bord est de .00273 au maximum.

Journal Médical, Date stellaire 45871.3, suite USS Soyokaze NCC-62498, Lieutenant commandeur Elcarth

Deux équipes d’abordages sont donc téléportées à bord, la première constituée de l’Enseigne Simons (médical), de l’Enseigne Hozaka (Pascal) (scientifique), du nouvellement Enseigne Serk (Deufr), de deux agents de sécurité et de moi-même, envoyée sur la passerelle, et la seconde constituée d’ingénieurs et de deux agents de sécurité, et dirigée par le Lieutenant Van Halen (Ingénierie) envoyée vers la salle des machines.
Arrivés à bord, nous constatons que l’équipage est mort, une partie de l’équipage étant encore à son poste à ce moment là, ce qui indique soit une mort fulgurante, soit un réel investissement et sens du devoir. Une première lecture de mon tricordeur médical semble indiquer qu’une des victimes est encore en vie et possède des organes andoriens, mais l’Enseigne Simons me fait remarquer qu’il s’agit simplement de la propension de mon appareil à retourner à son état de veille, avec comme fond une copie accidentelle du relevé médical du Capitaine. Il est donc important de sensibiliser le personnel médical à ce genre de détails lors de l’utilisation d’un tricordeur médical.
Les membres d’équipages romuliens sont donc morts et une lecture efficace de mon tricordeur médical montre que leurs organes internes se sont détériorés de façon accélérée. Assisté de l’Enseigne Simons, je commence à réfléchir à un diagnostic en accord avec les symptômes relevés. Pendant que les Enseignes Hozaka et Serk tentent d’accéder aux journaux de bords et de les traduire, l’Enseigne Simons et moi-même tentons de trouver l’infirmerie. Ceci se révèle être aisé puisque les couloirs sont remplis de civières et de brancards de fortune, qui semblent constituer une sorte de triage en direction de l’infirmerie. Je tente alors avec succès d’accéder aux journaux médicaux, et en interfaçant mon tricordeur avec un traducteur universel, je réussis à traduire lesdits journaux pendant que l’Enseigne Serk traduisait le journal de bord. Il apparaît que le Sha’Arik était en patrouille du côté romulien en frontière de la Zone Neutre quand ils reçurent l’ordre de traverser la zone et de s’arrêter sur une planète non affiliée à l’intérieur de la Zone Neutre. Quelques heures après avoir quitté cette planète, plusieurs membres d’équipage ont commencé à se plaindre de maux de têtes et différentes douleurs. L’équipe médicale réussit à identifier la cause comme une mutation de la fièvre vidorienne, une maladie qui atteint les vulcains et romuliens. Quelques heures plus tard, il apparut évident que l’ensemble de l’équipage était infecté, et que les différents remèdes connus contre la fièvre vidorienne se révélèrent inefficaces. Le vaisseau s’est donc mit à dériver. Une défaillance du module d’occultation nous aurait permis de repérer le vaisseau.
Cette nouvelle souche de fièvre vidorienne serait susceptibles d’infecter non seulement les vulcains et romuliens, mais également les humains et klingons. La période d’incubation serait d’environ une heure chez un romulien et cette souche serait suffisamment virulente pour tuer une victime romulienne en une vingtaine d’heures. Vu leur proximité génétique une victime vulcaine devrait souffrir des mêmes effets dans les mêmes durées, bien que cela puisse varier pour des victimes humaines et/ou klingonnes.
Tous les membres d’équipages étant à bord du Sha’Arik doivent être considérées comme infectées jusqu’à preuve du contraire et je demande la mise en place d’un espace de quarantaine à bord de la baie médicale, ainsi que de remonter toutes les données sur la fièvre vidorienne et la physiologie romulienne. Je demande également à l’Enseigne Simons de procéder à des prélèvements sur une victime romulienne afin de pratiquer diverses analyses.
Pendant ce temps, le Lieutenant Van Halen fait la découverte d’une canisse équipée d’un minuteur raccrochée au système d’aération, vraisemblablement la cause de l’apparition du virus, ce qui laisse à penser à un acte délibéré. Il est donc logique de concevoir la défaillance du module d’occultation comme non accidentelle. Avant que nous n’ayons pu réagir à cette nouvelle, plusieurs équipes d’interventions romuliennes se téléportent à bord.
l’Oiseau de Proie IRW D’Vairin, sous le commandement du Capitaine Modex, sort d’occultation à proximité, nous informant répondre à un appel de détresse du Sha’Arik, nous sommant de justifier la mort de l’équipage et de leur restituer toute information prise à bord.
Informés de la situation, le Capitaine Modex insiste pour envoyer illogiquement d’autres romuliens à bord, au risque de les exposer à la maladie, alors que les Enseignes Hozaka et Serk semblent donner signe d’être contaminés. Ecoutant mes propos, le Capitaine réussit à convaincre Modex de me laisser étudier la maladie à bord du Soyokaze en laissant un accès aux données de travail continu à un médecin romulien que Modex téléportera malgré mes recommandations à bord du Sha’Arik.
Grace à mon équipe, à l’intégration du médecin romulien dans le groupe de travail et aux prélèvements effectués à bord du Sha’Arik, le capitaine Modex est à présent convaincu de la présence et de la responsabilité de la nouvelle souche de fièvre vidorienne, mais pas de l’innocence de la Fédération dans sa diffusion. Le temps de recherche alloué par le capitaine Mordex étant écoulé, je suis re-téléporté à bord du Sha’Arik.
Pendant que je travaillais, il apparait que l’Enseigne Hozaka a réussi à raisonner un garde romulien, qui à lui-même obtenu l’attention de son supérieur et second de l’équipage du D’Vairin, Galtus. Cela démontre soit une ouverture d’esprit et une capacité d’adaptation remarquable, soit une connaissance des fonctionnements romuliens suspecte. Quelle que soit l’explication, il est nécessaire de signaler le rôle de l’Enseigne Hozaka.
Je mets à profit les moments que nous passons à bord du Sha’Arik gardés par les gardes romuliens pour analyser de nouveau la situation. Comme je l’ai déjà signalé plus haut, il apparaît comme hautement probable que la défaillance du système d’occultation soit de nature délibérée, au vu de proximité temporelle de la libération de la souche mutante de la fièvre vidorienne dans le système d’aération, particulièrement au vu des ordres reçus par le Sha’Arik de rejoindre l’espace fédéré, ainsi que son arrêt sur une planète non-affiliée (c.f. document joint). Il apparaît donc que le ou les coupables doivent être familiers avec les procédures et technologies romuliennes.
Nous sommes, quant à nous, trop ignorants de la technologie romulienne pour en trouver des preuves, mais grâce à l’écoute qu’à l’un des gardes romuliens à l’égard de l’Enseigne Hozaka, nous réussissons à convaincre celui-ci de contrôler les systèmes d’occultation. Il y trouve très vite un appareil de sabotage, et remonte l’information au second Galtus. Celui-ci est désormais convaincu de notre innocence, et après une discussion avec le capitaine Mordex et le Capitaine, nous somme convoqués face au capitaine Mordex, à peu près au moment ou je mets au point un palliatif capable d’étouffer les symptomes de la fièvre. Je propose d’en injecter aux romuliens présents sur place, mais ceux ci refusent, vraisemblablement de peur que je ne les empoisonne. Je donnerais tout de même la formule au docteur romulien, afin qu’il puisse contrôler mon travail et possiblement injecter son équipage.

Celui-ci nous accueille et identifie l’appareillage utilisé pour le sabotage du système d’occultation comme étant de facture romulienne. Quand je lui fais remarquer que les différentes données que nous avons sur ce problème nous permettent logiquement d’envisager une responsabilité d’une faction romulienne, il me répond que certaines factions, qu’il qualifie comme composées d’espions, et pour lesquelles il n’affirme avoir aucun respect, seraient tout à fait capables de fomenter ce genre d’actions, et qu’il serait avisé de faire attention à des personnes susceptibles de partager le point de vue des factions suscitées. Un usage aussi appuyé du conditionnel me paraît être une façon de me faire comprendre que le Tal’Shiar serait impliqué et qu’ils pourraient avoir des espions à bord.
Le capitaine Mordex me permet ensuite de faire travailler de concert notre équipe médicale avec la sienne, en partageant nos connaissances réciproques. Après une dizaine d’heures de travail, nous parvenons enfin à un vaccin et en informons nos capitaines respectifs. Ceux-ci nous apprendrons qu’une tentative de mutinerie a été étouffée à bord du D’Vairin avec l’aide de nôtre équipage. Avant de partir nous fumes remerciés par le capitaine Mordex, et avons reconnu conjointement des possibilités que l’Empire Romulien et la Fédération puisse à l’avenir retirer des bénéfices communs à oeuvrer ensemble dans l’adversité. Le capitaine Mordex nous a également rappelé que toutes les données prises à bord du Sha’Arik devraient bien entendues être détruites, ce que nous nous sommes empressés de faire. Il est bien entendu que l’ensemble des données jointes au présent journal, à mon rapport officiel et à tout autre élément concernant cet incident ne sont que dues à l’observation, la déduction et la mémoire des différents agents de Starfleet ayant participé à cette mission.
(addendum voir liste jointe rédigée par l’Enseigne Simons et moi même des causes possibles connues de symptômes semblables à ceux de la fièvre vidorienne et de leurs remèdes)
(addendum voir simulation de projection différentielle de contamination Humain/Vulcain/Betazed/ Andoran/Klingon/Bajoran/Romulien de la néo-fièvre vidorienne)
(addendum traité médical comparatif Vulcain/Romulien)
(document lié: plan de vol de l’Oiseau de Proie de classe D’deridex IRW Sha’Arik rattaché au rapport de sécurité date stellaire 45871.2 du Lieutenant Kenny, Chef sécurité)

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.